dimanche 14 juillet 2019

BRAN



les Carpates
 Le château de Bran est à une trentaine de km de Brasov. Mais en ce dimanche très froid il faut plus d'une heure pour y accéder. En cause de nombreux travaux sur la route avec des feux qui n'en finissent pas. Mais des astucieux vendeurs de fruits rouges profitent de l’arrêt forcé des véhicules pour proposer un petit panier de mures et de myrtilles (20lei).

Le château se dresse sur un éperon rocheux, il contrôle la route entre la Transylvanie et la Valachie. La première construction en bois fut détruite lors de l'attaque par les Mongols en 1242. En 1377 sur ordre de Louis Ier de Hongrie, le château est reconstruit en pierres. Outre son rôle défensif il va servir à percevoir des taxes sur les marchandises qui empruntent la route.

... aujourd'hui
le château de Bran en 1872

la cour intérieure

contrôle de la route



















En 1663, la Tour poudrière explose et endommage gravement le côté ouest du château, mais elle est reconstruite. En 1699, les Habsbourg deviennent princes de Transylvanie et, par conséquent, propriétaires du château. Mais fin 1918 leur empire s'effondre et le 1er décembre 1920 le château, devient propriété de la maison royale de Roumanie : la branche cadette des Hohenzollern.

couronne de la reine Marie
En 1920 le château est offert à la reine Marie femme du roi Ferdinand qui en fait une résidence d'été. En 1927, on découvre un passage secret reliant deux étages du château, dont on suppose qu’il avait été creusé dans l’épaisseur des murailles ! on découvre aussi que la fontaine du jardin intérieur et la base du château communiquent !

Fin 1947, le château est confisqué par la république populaire roumaine. La forteresse est transformée en musée national d’histoire et d’arts médiévaux et est ouverte aux visiteurs dans les années 1956. Le 26 mai 2006, au terme d’une longue procédure, le château de Bran a été restitué à son propriétaire, Dominic von Habsbourg, le petit-fils de la reine Marie, 58 ans après avoir été confisqué.

le passage secret
le puits communiquant avec le passage secret

























Le château est maintenant meublé début XIXème. On remarque les poêles en faïence.
(diaporama ci-dessous - cliquez sur les flèches)


Bran - détail d'une porte


Bran - escalier


Bran - Intérieur


Bran - porte peinte


Bran - poèle en faïence


Bran


Bran


Bran


Bran - aménagement XIX ème


Bran - aménagement XIX ème


Bran - aménagement XIX ème


commentaire image


il peut rester un img src vide


Il est interessant de noter sur les quatre cartes jointes l’évolution des frontières du pays confronté aux appétits de la Hongrie puis de l'Autriche Hongrie pour l’accès à la mer, de La Russie pour le même motif et des Ottomans pour la richesse des sols, des récoltes et de l’élevage.

L'histoire de Vlad l'empaleur :


Sa vie et ses actions s’inscrivent dans le contexte extrêmement mouvementé du milieu du XVème siècle pour l’Europe de l’est. Le Saint-Empire romain germanique et les pays chrétiens d’Europe de l’ouest, en particulier les royaumes d’Autriche, de Hongrie et de Pologne sont sérieusement menacés par la poussée de l’Empire Ottoman, qui vient de faire tomber définitivement l’Empire Byzantin avec la chute de Constantinople le 29 mai 1453. Les régions qui se situent entre les deux empires constituent le dernier rempart de la Chrétienté (catholique et orthodoxe) contre les Musulmans, et sont le théâtre de batailles acharnées. Les sultans consolident leur contrôle sur Constantinople, et assiègent les Balkans, jusqu’à se rendre maîtres de la plus grande partie de cette région, pour être finalement arrêtés aux portes de Vienne.

Généalogie de Vlad
En 1447, le père de Vlad, Vlad II Dracul conclut une paix avec les Ottomans. Or il était membre de l'ordre du Dragon ordre dont la mission était de s'opposer à la poussée des Ottomans.
Jean Hunyadi, voïvode de Transylvanie et gouverneur de Hongrie depuis 1446, entreprend en novembre de la même année, en partant de Brașov, une expédition punitive contre Vlad II, considéré comme traître à l'ordre du Dragon. Ce dernier est capturé et tué à Bǎlteni, avec son premier fils Mircea II le Jeune. Jean Hunyadi parvient à évincer du pouvoir Les Drǎculești.

En 1448, profitant de l'absence de Vladislav, éloigné de Târgoviște par les combats de la seconde bataille de Kosovo contre les Turcs, Vlad III Țepeș rentre d'Andrinople avec une troupe de cavalerie turque pour s'emparer du trône. Mais Vladislav le chasse dès son retour, deux mois plus tard et Vlad doit s'exiler en Moldavie.

portrait de Vlad
La chute de Constantinople aux mains des Turcs en 1453 est inquiétante. Jean Hunyadi, part défendre Belgrade contre les assauts Ottomans, et confie à Vlad Țepeș une armée pour défendre la Valachie et la Transylvanie. Mais Vlad en profite, pour reprendre le trône de Valachie : il écrase et tue Vladislav II au combat en août 1456. Il règne ensuite pendant six ans, consolidant son pouvoir en centralisant l'autorité.

C'est de là que part la légende établie sous le régime communiste, VladII se serait appuyé sur le petit peuple, et aurait combattu l'aristocratie, de telle façon que tous le redoutent et le craignent. La plus petite infraction, du mensonge jusqu'au crime, pouvait être punie de mort, c'est le mythe dit « du pal ».

Il semble en revanche acquis que Vlad ait dirigé sa vengeance contre les boyards responsables de la mort de son père et de son frère Mircea et qu'il les ait obligés à construire une forteresse identifiée maintenant aux ruines de la citadelle de Poenari sur l'Argeș, en Valachie.

Début 1462, Vlad se sent plus fort et il brise son alliance avec les Ottomans. Il lance alors une campagne contre ces derniers sur le Danube, tuant plus de 30 000 hommes. Il refuse de payer le tribut à l'Empire Ottoman, au risque d'être envahi et de voir la Valachie transformée en province turque.

Vlad Țepeș se retira à Târgoviște. Selon la légende, lorsque le sultan arriva devant Târgoviște, il aurait trouvé des officiers turcs empalés par centaines : une scène terrifiante nommée « la Forêt des Pals » qui marqua les imaginations.

Vlad retourne alors en Transylvanie. Mais ses excès lui ont déjà aliéné ses alliances, Vlad est arrêté et maintenu prisonnier à Buda, capitale de la Hongrie pendant douze ans ; une fois libéré, il retourne en Valachie et s'installe à Bucarest

En 1476, Vlad est reconnu à nouveau comme prince de Valachie, mais il ne jouit que peu de temps de son troisième règne, car il est tué à la fin du mois de décembre 1476 à Bucarest, dans des circonstances aussi nébuleuses que sa naissance. Vlad Țepeș est décapité et sa tête envoyée au sultan qui l'expose sur un pieu comme preuve de sa mort.



Dracula


Dracula est un roman de l'écrivain irlandais Bram Stoker publié en 1897. Il raconte l'histoire du comte Dracula, un vampire immortel qui se repaît du sang des vivants et peut les transformer à leur tour en créature démoniaque ! Le récit se joue entre l'Angleterre et la Transylvanie au XIXe siècle, dans un château retiré des Carpates. Bram Stoker crée le personnage du comte Dracula, un vampire aristocratique à la fois monstrueux et raffiné. La première partie du livre, qui se déroule dans le château du comte, est teintée d'une atmosphère étrange et sinistre.

Bram s'est inspiré de plusieurs sources qui sont à peu près identifiées maintenant.

Le nom du comte Dracula est calqué sur le surnom de Vlad Țepeș et son père Dracul, le « Dragon » Vlad Țepeș fut qualifié dans certains libelles, publiés par ses ennemis, de Draculea : le « Dragonneau ». Dracul ne fut d’ailleurs pas le surnom du seul Vlad, mais aussi celui d’un autre voïvode plus tardif : Mihail Ier Șuțu La vie de ces voïvodes valaques est décrite par des sources hostiles comme Histoires de la Moldavie et de la Valachie de Johann Christian Engel, publié au début du XIXe siècle, qui les présente comme des tyrans sanguinaires, s’appuyant sur des gravures effrayantes.

Le public était prêt à recevoir ces histoires effrayantes, car des romans avaient déjà exploré ce thème. Et en premier lieu cinq ans avant Dracula, Jules Verne (Le Château des Carpathes). En 1819 un roman inspiré de Lord Byron en pleine mode du roman gothique En Allemagne, Karl Von Wachsmann (L’Étranger des Carpathes en 1844, avec tous les ingrédients : château en Transylvanie, forêts sombres, personnage maudit, voyageurs effrayés...)

D'autant plus que Bram Stoker a rédigé son roman en pleine horreur médiatique suscitée par les meurtres commis par Jack l'Éventreur, qui sévit à Londres en 1888.

Enfin la zoologie de l’époque avait déjà porté à la connaissance du public l’existence en Amérique du Sud d’une famille de chauves-souris hématophages, aussitôt baptisées « vampires » !

Dracula est une affaire qui marche comme en témoignent les milliers de visiteurs qui se pressent pour visiter un château où il n'a jamais mis les pieds...


Bran - instrument de torture
Bran - siège de torture
























sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dracula

---

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de laisser votre commentaire qui sera publié après modération