vendredi 7 juin 2019

Danube et Carpate



Vous avez lu le superbe livre de Jack London qui racontait la vie de « Buck » un chien loup adopté par des indiens d'Alaska, puis transformé par un maitre ivrogne en chien de combat et finalement sauvé par un gentleman américain.

La vie de Ram, un Bull terrier, a un peu de cela. Sauvé de l’euthanasie par Nina il a entamé une réadaptation au monde des humains. Son chemin n'est pas toujours facile comme celui de ses maitres.

Alors lorsque le projet de ce voyage aux confins de l'Europe s'est concrétisé je me suis dit que au challenge du voyage je pouvais ajouter celui de concourir au dressage-sauvetage de ce chien qui sera en permanence confronté à des situations nouvelles et dont le physique particulier sera un gage de notre sécurité.



Les sites montagneux des Carpates sont mystérieux. Leur surgissement a commencé lorsque la tectonique des plaques a rapproché les plaques africaine et eurasienne.

Les Carpates se situent au carrefour de plusieurs aires linguistiques et culturelles, indo-européennes ou non, où se sont entrecroisés :

- les Celtes , les Iraniens, ces derniers laissent des toponymes comme Jasz en Hongrie ou Jassy en Roumanie) ; les Thraces (avec les Daces, dont les Carpes font partie) ; les Romains (qui convoitaient le sel et l'or des Daces, s'en emparent en l'an 109, et laissent dans le bassin du bas-Danube des populations de langue romane à l'origine de la Roumanie et de la Moldavie actuelles) ; les Germains qui fondent d'éphémères royaumes, avant que des colons germaniques ne s'installent à l'Est à partir du XIIIème siècle et pour huit siècles, en Zipsie et Transylvanie) ; les Slaves (qui s'installent à partir du Vème siècle, et sont à l'origine des états actuels de Tchéquie, Slovaquie, Pologne, Ukraine et Serbie autour des Carpates) ;

- Enfin, une longue série de peuples cavaliers d'origines diverses, Alains , Huns, Avars, Bulgares, Onogoures , Magyars (finno-ougriens), Petchénègues, Coumans (turcs) et même Mongols venus de l'Est.

- Puis les Roms et les Juifs, les premiers arrivés comme éclaireurs, bûcherons, charretiers, chaudronniers et tanneurs des Tatars, avant de demander protection aux rois de Bohême, de Hongrie ou de Pologne, aux voïvodes roumains ou serbes et aux monastères, les seconds chassés d'Angleterre, de France et surtout d'Allemagne pour former, dans les Carpates, des communautés rurales très religieuses.

Comme tous les massifs montagneux, les Carpates ont été durant les nombreuses guerres du passé, l'enjeu de batailles acharnées notamment dans les passes, tandis que les massifs servaient de refuge aux populations chassées ou persécutées dans les plaines environnantes.

Toutes ces « strates historiques » ont laissé dans les Carpates des toponymes, des langues, des légendes, des architectures, des monuments, des musiques, des cuisines et des traditions.


Sur l'Ouest de la Roumanie, l'immense Danube. Ce fleuve de plus de 2850 km longe ou traverse 10 pays. Quelques-unes des plus anciennes civilisations européennes se sont implantées dans le bassin du Danube du Néolithique danubien au Chalcolithique. Au VIIème siècle av. J.-C., les Grecs remontaient le fleuve en venant de la mer Noire.
Pour les Romains, le Danube forme la frontière entre leur Imperium et le Barbaricum du Nord, entre le monde policé et urbanisé régi par la loi, et un monde plus libre régi par la coutume. Pratiquement de sa source à son embouchure, une flotte permanente, la classis, y était entretenue.
Au IXème siècle, le bassin du moyen-Danube est l’aire d’installation des tribus magyares venues de l'Oural, qui peuplent l’actuelle Hongrie pour y fonder, avec les populations germaniques, slaves et valaques qui y transhumaient déjà, la nation hongroise sous le roi Étienne Ier de Hongrie.

La Route Charlemagne, qui fut utilisée entre 1096 et 1099 par l’armée de Godefroy de Bouillon lors de la première croisade, longea également le Danube de Ratisbonne jusqu’à Belgrade. Environ 340 ans plus tard, l’armée ottomane prit la même route dans le sens inverse.
En 1529, les Turcs atteignent Vienne, le cœur de l’Europe centrale, mais y sont battus. L’expansion des Ottomans le long du Danube est stoppée, et à partir de la bataille de Mohács de 1687, ils perdent peu à peu du terrain et de la puissance.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le Danube est un des principaux axes de transport du pétrole roumain, vers les usines du Reich. Durant l'été 1944, la Royal Air Force y larguera plus de 1 500 mines. En quelques mois, ce minage interrompra presque entièrement le trafic sur le fleuve. 





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de laisser votre commentaire qui sera publié après modération